Joubarbe
Sempervivum tectorum

Joubarde • Sempervivum tectorum

Joubardes • Sempervivum tectorum     Amphore joubardes

Carte d'identité:
Ses Feuilles charnues, vert tendre, et ses rares fleurs sur les vieilles touffes ne suffisent pas à expliquer pourquoi, partout dans les vieux jardins, les joubarbes s’étendent sur les murets, les toits, les antiques gamelles, sur les rebords des fenêtres.

Joubarde • Sempervivum tectorum     Joubarde en fleurs

Facile à cultiver dans un sol caillouteux, ou un simple pot, leurs rosettes persistent tout l’hiver quelque soit le temps.
Hauteur :10 cm en fleur.
Floraison: juin / juillet.

Joubarde • Sempervivum tectorum

Fiche de culture:
Plantation en automne ou au printemps.
Espacement : 30 cm (9 pieds/m2).
Sol ordinaire, perméable, sec même calcaire. Une terre riche en gravier donne de bons résultats.
Exposition: Plein soleil.
Plante assez rustique, résiste bien au gel.

Joubarde • Sempervivum tectorum     Joubardes épanouies

Entretien: Ôtez les rosettes desséchées.
Abritez les potées lors des hivers rigoureux en plaçant une plaque de verre 20 cm au dessus.
Si les Joubarbes ont tendance à se "déchausser" (émerger de la terre), ameublissez le sol avec une fourchette, tirez sur la plantule et replantez la plus profondément.

Légendes et croyances :
On a dit beaucoup de choses extraordinaires sur les joubarbes:

  • Qu’elles préservent de la foudre et qu’il faut donc les planter au sommets des toits;
  • Qu’elles seraient un don de Jupiter pour protéger les hommes de la colère du ciel et d’incendies de tout acabits ?
  • Et de les nommer “Joubarbe” du latin “jovis barba” autrement dit “barbe de Jupiter” histoire de s’assurer les bons offices du dieu en question. On l’appelle même “herbe au tonnerre”.

Joubarde   Joubardes

Le saviez-vousLes Bobos s’en vont !
Mais tout cela n’est que légendes et croyances, rien en regard de ce que Dioscoride, dès le Ier siècle après JC, met en évidence:
La Joubarbe a des vertus
rafraîchissantes, astringentes et cicatrisantes. Le médecin grec préconise déjà l’utilisation de ses feuilles dans le traitement des petites blessures, des maux de tête ou en infusion, pour lutter contre la dysenterie et les vers intestinaux.

Avec le temps, on se rend compte aussi que ces feuilles sécrètent un suc très riche en mucilage aux vertus
cicatrisantes. On les utilise fraîches, broyées, puis on les applique en cataplasme sur toutes sortes de petites inflammations de la peau comme les brûlures, les gerçures, les dartres, les verrues ou les cors aux pieds. La pâte obtenue doit être maintenue avec un bandage ou un petit pansement.
Il est possible d’ajouter un peu de vinaigre au préparations à base de feuilles pilées, pour bien amalgamer la pâte. Cela permet de la conserver plus longtemps, d’en faciliter l’utilisation et d’en accroître l’efficacité pour soigner les cors et les verrues. Mais on évitera d’appliquer une telle pommade sur les plaies à vif.

Pots-en-totem