Flânerie dans un remarquable arboretum

jardin3

Sans_titre_22

En plein cœur de la forêt d'ORLÉANS dans le Loiret, proche du village d'INGRANNES, nous avons été accueilli agréablement, début avril 2005, par la jardinière en chef Brigitte de La Rochefoucault qui s'est empressée de nous faire une présentation du domaine, de son histoire, de ce que nous allions voir, des projets en perspective, etc…

Au printemps dernier, je me souviens de ce contraste de tons entre le rose des bruyères et la blancheur immaculée des fleurs de magnolias, du calme qui y règne, du bonheur de flâner dans les allées engazonnées, de profiter du chant des oiseaux,…

Cet arboretum compte près de 4500 plantes arbustives sur 10 ha, au milieu d'une réserve naturelle volontaire de 25 ha créé par le Comte et la Comtesse de La Rochefoucault en 1972. Il appartient à la Fondation des Parcs et Jardins de France depuis 1983.

Le domaine est ouvert aux visites de fin mars à fin octobre, libres les dimanches et jours fériés, sinon sur rendez vous.

m_P1010028_3     m_P1010040_3
Au printemps, les différentes tonalités des bruyères se marient avec celles magnolias


Chaque saison apporte à sa manière un spectacle merveilleux

  • AVRIL
    • Floraison de la collection nationale des 300 Magnolias
    • Floraison de la collection de référence des Bruyères
    • Floraison des Bulbes          
  • MAI
    • Floraison de la collection nationale des 200 Cornouillers Américains
    • Floraison des Rhododendrons
  • JUIN - JUILLET
    • Floraison de la collection nationale des 250 Cornouillers de Chine
    • Floraison de la collection des 800 Roses Anciennes
  • AOUT
    • Floraison des Bruyères d’Automne
    • Découverte des Collections Exotiques
  • SEPTEMBRE - OCTOBRE
    • Festival des Couleurs d’Automne
    • Festival des Odeurs d’Automne

Avril met en scène les Magnolias et les bruyères

m_P1010036_3

m_P1010038_3   m_P1010039_3

m_P1010040_3

m_P1010042_21   m_P1010043_3

m_P1010048_3

Repère: p1010035_33

INGRANNES est le village voisin de l’arborétum où se situe l’histoire de Raboliot écrit par Maurice Genevoix:

“On l'appelle Raboliot parce qu'il ressemble à un lapin de rabouillère (nid de garennes). Braconnier passionné, hardi, sûr de lui et de son adresse, rien ne peut l'empêcher d'obéir à ce besoin de chasse nocturne qui l'empoigne chaque soir. Le gendarme Bourrel, cependant, a failli le prendre sur le fait. Excité par le danger, Raboliot multiplie les imprudences et va jusqu'à narguer ouvertement Bourrel. Dès lors, entre les deux hommes,                 
commence une lutte sans merci. Traqué, Raboliot doit fuir, vivant dans les bois comme un loup. Au bout de trois mois, accablé de solitude, torturé par le désir de revoir sa femme et ses enfants, Raboliot revient chez lui.. et c'est le drame”.